Béatrice Thiriet répond aux questions des étudiants en musicologie de Poitiers :

Comment écrire la musique d'un film ?

Béatrice Thiriet : L'essentiel et le plus surprenant en musique de film, c'est qu'il n'y a pas de règles.
La musique d'un film qui provient de musiciens d'horizons divers et variés, est de sources multiples.
Elle oscille, entre compositions originales, exercices de style ou même improvisations mythiques (Miles Davis: "Ascenceur pour l'échafaud").
Mais je vais essayer de répondre à vos questions qui sont très précises, en me basant sur mon expérience personnelle.

Mon premier film au cinéma a été "Petits arrangements avec les morts " de Pascale Ferran
C'est Pascale Ferran, la réalisatrice qui m' a contacté : son scénariste Pierre Trividic , m' avait entendu interwievé par Frédéric Lodéon dans son émission de france- inter "carrefour de l'odéon".
L'émission qui m'était consacrée diffusait aussi la bande son d'une musique de téléfilm que j'avais composé pour Arte .
J'étais venu trouver Lodéon avec ma musique à Radio France; il avait aimé....
Peu de temps avant, un très célèbre agent parisien que j'avais voulu rencontré pour qu'il me prenne dans son agence m'avait fermé sa porte. Il disait qu'ayant eu des expériences de musiques de TVfilms je n'avais aucune chance (sic) d'intégrer le milieu du cinéma. 15 jours plus tard, je débutai avec Pascale Ferran qui réalisait son premier film de cinéma et qui obtint la caméra d'or à Cannes.

J'avais à l'époque engagé une attachée de presse ; une jeune femme rencontrée un peu par hasard , elle avait obtenu un article dans libé sur ma musique et Arte m'avait présenté un journaliste qui avait
écrit un article sur moi dans "le monde"...
je suis entrée dans le monde du cinéma un peu auréolée de succès...
J'avais à mon palmarès une musique de cours métrages et quelques musiques de tv films que j'avais composé pour une jeune maison de production "les films du sabre", un spectacle de théâtre musicale et une bande son réalisée pour l'opéra Bastille je bougeais depuis nombreuses années dans le monde de la musique et du théâtre. C'était difficile mais passionnant et joyeux...

NB: il y avait très peu de femmes dans le secteur de la musique de films quand j'ai débuté (1993) , malgré un exemple historique Germaine Taillefer au début du siècle,mais la génération de Pascale consacre très largement les réalisatrices, ce n'est surement pas du au hasard qu'une réalisatrice ce soit adressée à une compositrice pour son premier film.

Comment travailler en collaboration avec le réalisateur ?

J'ai appris beaucoup en écoutant les réalisateurs car même s'ils ne savent pas toujours l'exprimer avec des mots de musiciens. Une partie de mon travail est faite après avoir su les écouter.
J'ai appris aussi à suivre mon intuition et à développer immédiatement les embryons d'idées qui naissent au cours de ses conversations ou les réalisateurs me parlent de la (future) musique de leurs films. Ces discussions naissent lors de réunions informelles, autour d'un verre, dans un bureau de production, au téléphone même.
L'époque peut en différer : à l'écriture du synopsis, après la lecture du scénario, la plupart du temps.
Même quand elles ont lieu quand le film est déjà tourné je n'ai pas vu les images ! et c'est mieux comme ça !!
C'est comme si on me présentait le film, qui reste au cours de la conversation, comme un objet imaginaire.
C'est avec les réalisateurs un moment un peu nébuleux comme un rêve musical partagé, à deux, mais attention ce sont eux les guides et je ne suis que la spectatrice ou plutôt que l'auditrice de ce concert
onirique.

Quelles formations instrumentales sont utilisées en général ? Comment choisir les musiciens ?

La formation diffère selon les films , il n'y a pas de recette ou de cocktail . Il faut d'ailleurs se méfier des idées reçues type "Film intimiste = Quatuor à cordes", ou "Film historique=musique
d'époque", ou "film d'action = 150 musiciens".
Un "petit" contre exemple célèbre : "Providence " d'Alain resnais où Miklos Rosza signe une magnifique partition orchestrale sensible très éloignée d'un péplum hollywoodien.

Il est d'ailleurs intéressant de constater qu'Alain Resnais a travaillé avec des compositeurs très variés
.Et que la musique de ses films comporte un certains nombres d'éléments que l'on pourrait qualifier d' invariants.
J'en ai fait l'expérience en me rendant à un concert en son honneur.
Concert qui se révéla étrangement homogène, alors qu'il comportait les oeuvres d'une demi douzaine de compositeurs de Henze à Rosza en passant par Delerue.
La musique des films de Resnais comporte quasi automatiquement des 3/4 : valses déstructurées , allusions à la musique populaires, des climax contemporains. L'utilisation des pizzicatis de cordes est
vraiment très importante et récurante. Certains instruments sont très présents,l'accordéon au milieu de l'orchestre, par exemple ..

Ce concert Resnais me laissa donc perplexe . C'était sans doute du à sa monochromie ,mais ajouta foi à cette idée que j'ai, qui est que les compositeurs sont là pour développer l'idée musicale que génère
les réalisateurs,et que ces derniers peuvent avoir besoin d'un aspect spécifique de la musique comme d' un matériau sonore.
Pour Resnais donc climax indécis ou pizzicati , allusions toutes en finesse "valses déstructurées " associations de source populaires et de musique savante .....

SI La première réunion de travail citée plus haut est une sorte de prise de contact ; elle pose immédiatement la question de la fabrication de la musique et donc de la formation musicale qu'on va
utiliser.
En une trentaine de films je crois avoir tout essayer du piano solo au grand orchestre avec choeur .

Il faut aussi prendre le pouls du producteur car qui dit formation dit budget et être très vigilant et très honnête aussi (intellectuellement) car le projet présenté aux réalisateurs n'est basé que sur votre "parole de compositeur".

En effet, très peu de gens et c'est bien normal, sont censés entendre le timbre d'une clarinette basse quand on leur en parle, d'autres ont en mémoire, quand on leur parle d'écriture pour piano, l'affreux
massacre infligé par une petite cousine à la" lettre à élise" de Beethoven sur un piano déglingué , souvenir qui se révèlera être votre pire adversaire quand vous évoquerez l'intêret d'un grand solo de
piano .

Il ne faut pas s'embarquer dans des projets irréalisables car ce genre de faux pas vous seraient durement reprocherà l'enregistrement et la musique se révèlerait inutilisable . Personnellement j'ai adopté un système ou je présente des maquettes au sempler qui donne une idée précise de la future musique, ça marche assez bien.

Comment est nourrie l'inspiration du compositeur par rapport aux images ? La vidéo vient elle toujours avant la musique ?

Pour moi et je l'ai exprimé souvent la composition ne doit pas se faire à l'image. Une relation trop étroite musique montage brise l'élan musical et dessert le film.

Bartok disait à propos de sa composition j'écris entre la table et le piano, je pense que la musique de film doit s'écrire aussi en fermant les yeux...

Il faut bien sûr regarder le film, l'aimer, mais aussi s'interroger sur l'image d'abord.
Le travail du chef opérateur est très lié à la musique plans et les valeurs de plans ont aussi leur rythme et leur sens un plan serré ou un long travelling sont des espaces très différents.
La lumière compte aussi . Une image sale ou au contraire très soignée ne sonne pas de la même manière.

Quelquefois je fais des petits graphiques, hors visionnage ou je dessine la place de la musique sur une espèce de story board de fortune ça me fait gagner du temps !

Il y a un premier visionnages avec le monteur et le réalisateur ou derushage qui sert à établir la place de la musique dans le film.
Cette étape est très importante et doit être très précise tout en sachant que, le travail de la composition se faisant en même temps que le montage image et que les choses peuvent bouger . Il faut se rencontrer pour parler des changements.

Donc, travailler en amont des images est utile, développer sans les images est astucieux, mais on pose la musique sur les images et elle est mélangé au son d'un film, intégrée à une mise en scène ... là est tout le travail du compositeur de musique de film ...

Quelles sont les possibilités de composer pour le court métrage ?

Le court métrage est une voix intéressante pour débuter, souvent les réalisateurs trouvent leur compositeurs quand ils réalisent leurs courts métrages.
Des collaboration de longue haleine sont nées comme ça..
Bon nombres de festivals de courts de premiers films sont des terrains de rencontres les écoles de cinéma aussi.
Il n'y a pas non plus de règles absolues mais en tout cas il faut s'intéresser et même se passionner pour le cinéma.

Quelles sont les activités parallèles ? Quelle est la proportion de la composition par rapport aux autres activités au niveau temps et salaire ?

Il faut tout d'abord se connaître comme compositeur développer son écriture propre et développer des projets.
D'ailleurs le cinéma aujourd'hui n'est plus la manne providentielle de naguère mais un compositeur touche à la commande de sa musique une prime d'inédit qui peut aller de 3000 à 20 000 euros selon le
budget du film pour des budgets moyens.
Un compositeur qui marche peu écrire 3 ou 4 films par an.
(le court métrage n'a pas d'économie à proprement parler souvent les collaborations sont gracieuses mais on apprend aussi en organisant ces productions archi pauvres) Mais on peut développer à coté de ses collaborations cinéma des tas d'autres activités selon ses capacités propres.
Les commandes d'oeuvres sont mal rémunérées mais s'inscrivent sur du long terme, et elle sont rares. Très peu de compositeurs de musique vivent de leurs oeuvres ils sont souvent professeurs ou directeurs de conservatoires.

Quels sont les éventuelles contraintes ou avantages de faire de la composition pour le cinéma ?

La musique de film est un travail de commande ce qui implique un certains nombres d'obligations
qui peuvent être très contraignantes . nature de l'orchestration durée de la musique etc....
Mais une des contraintes que j'aime est la rapidité, très peu de temps pour écrire . je pense que c'est une très bonne école pour les jeunes compositeurs.
Parmi les sérieux avantages il y a que le cinéma est une des sources de commande pour la musique
symphonique d'aujourd'hui . Cette musique est destinée à être entendu et quelquefois promu sous forme de disque, ce qui oblige le compositeur à réfléchir sur son langage et a tendance à limiter les abus et dérives des commandes de créations contemporaines qui sont passée de l'ésotérisme de caste à la platitude néoclassique. Car si les réalisateurs n'ont souvent pas de culture musicale, ils ont des oreilles d'esthètes et leur avis peuvent être source de joie (j'aime beaucoup les avis de Pascale Ferran sur mon travail, Jacques Deschamps et Anne Weill sa monteuse comptent aussi pour moi et Dominique Cabrera m'a présenté un merveilleux trompettiste jaffar Ben Setti et bien d'autres encore).

Existe-t-il des aides , des bourses ?

Le CNC donne des aides pour la musique de films des longs métrages à moyen budget.
C'est une aide automatique , elle revient au producteur du film après études d'un dossier qui expose le projet musical et son budget.

Certaines productions travaillent avec des "musics producers" ! Je déteste cela, j'organise moi même les séances d'enregistrement et le mixage selon les films. J'estime que ça fait partie de mon travail.

La musique de film appartient-elle à son compositeur ?

Le compositeur est rémunéré en deux étapes : à la commande par le producteur, c'est la prime d'inédit. Il reçoit ensuite de la SACEM les revenus de ses droits d'auteurs. Le producteur du film devient le propriétaire du master de la musique. il se peut qu'un éditeur investisse sur la musique d'un film et touche tous ou une partie des droits d'éditions.
Le compositeur cède par contrat au producteur qui lui commande sa musique le droit de l'utiliser sur le film et sur un certains nombres de support lié à la publicité : bande annonce et sur les DVD. Le compositeur touchera ses droits sur tous les types de difusions et ventes du film (passage télé, vente des dvd).
Le producteur commande une oeuvre qu'il se reserve le droit de ne pas utiliser ou de n'utiliser que partiellement suivant la décision du réalisateur mais en aucun cas le compositeur n'a cédé son droit moral et il peut donc agir si d'aventures sont oeuvres étaient détournée.

Le compositeur est il souvent à la recherche de bons plans pour des films ou est ce le réalisateur qui est à la recherche du compositeur ?

Je crois volontiers au hasard s'il existe mais une rencontre est généralement liée à une volonté.
Je ne suis pas sure que le bon plan soit une motivation suffisante pour qu'un réalisateur est envie de vous engager.

Existe-t-il un recensement des compositeurs de musique de films ou un recensement de réalisateurs ?

Le Bellfaye est l'annuaire du cinéma mais c'est payant, je ne me suis pas inscrite par exemple.